Auteur Sujet: FN SPR A5M Cybergun  (Lu 46 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Hecate

  • Super Posteur
  • *****
  • Messages: 1 503
  • Moron Babe.
    • Voir le profil
FN SPR A5M Cybergun
« le: jeudi 09 juillet 2020, 15:56:13 »
On est reparti pour une petite review superficielle d'un bolt, qui, une fois n'est pas coutume, n'est pas un m24. Peut être cela lui vaudra-t-il de rester plus longtemps dans ma cave, qui sait ? Ce bolt, c'est donc comme le titre semble l'indiquer, un FN SPR A5M revendu par Cybergun. Rien à voir avec les Special Purpose Rifle sur base m4, on a ici un Speical Police Rifle. Sur le papier.

La réplique a été acheté sur Lilliesfolies.fr, pour 60€ au lieux de 120. A titre de comparaison, le M24SW a dù me couter ~120€, le a&k 96€. Qu'est ce qu'on a pour ce prix là ?  Est-ce qu'il passera plus de temps sous mon lit que ses prédecesseurs ? Pourquoi ce choix ? Et surtout, Coronavirus et Chemtrails, la VERITE qui choc le monde dans la maison de Nagui. Ce qu'il est devenu grace à l'isolation à 1€ va vous étonner !

La boite :

La boite est on ne peut plus simple : carton nu, une étiquette colée avec le modèle de la réplique. Ca a le mérite d'être discret. A l'intérieur, deux pièces en carton moulé pour maintenir la réplique devant et derrière, ce n'est pas rafiné, mais c'est efficace. D'autant plus que l'orientation de la réplique assure que le levier d'armement ne défonce pas la boite. Le contenu est aussi sommaire que l'emballage est spartiate : la réplique, son chargeur engagé, une notice. Pas de billes (Lillifolies en offre un sachet de grammage inconnu, mais ce n'est pas d'origine dans le carton), pas de BB loader, pas de tige de débourrage et pas d'outils. Un poil mesquin.


La réplique : l'externe

Contrairement à de nombreux bolts, la réplique est ici livrée montée. Le corps est maintenu en place avec 3 vis : 2 BTR de part et d'autre du puit de chargeur, et une cruciforme à l'arrière du pontet. L'ensemble ne bouge pas, malgré que les vis ne soient pas particulièrement bien serrées.


La réplique est extrêment légère, surtout comparée aux deux m24, qui, sans accessoires, affichaient près de 3,5kg sur la balance. Ici, on atteint tout juste 2,5kg (masse estimée sur une balance d'imprécision, la réplique étant donnée pour 2400g). Les parties métaliques de la crosse se limitent au minimum : la visserie, les boucles de sangles et le petit rail à l'avant. Le pontet étant lui réalisé dans un plastique noir brillant, avec deux petites traces d'injection sur son coté droit. Pas de faux chargeur/puit de chargeur à cet endroit, et c'est bien dommage puisque le véritable FN A5M en dispose.

Comme toute réplique de ce tarif, la crosse présente la trace des moulages sur toute sa longueur, que j'ai réduites plus ou moins proprement : le plastique de la crosse est assez souple et pénible à poncer, puis qu'il a tendance à faire des pelures donner aspect granuleux pas terrible. Et je n'avais plus quoi enlever ça efficacement... La crosse n'est pas lisse : en dehors des quatres zones texturées (de par et d'autre du fut et de la poignée pistolet), le corps présente un très léger effet peau d'orange, à peine perceptible au touché, et plutôt sympa visuellement, même si très discret.

On remarquera que si normalement la réplique est noire, la crosse a rapidement reçu une peinture Ranger Green.

Au niveau de la crosse à proprement parlé se trouve un busc réglable, et maintenu en place au moyen de deux vis. Les grosse molettes sont en plastique, avec des grosses 6 pans enclavées dedans. Les écrous sont eux encastrés dans la crosse, et les empreintes existent des deux cotés. Un gaucher pourra donc inverser le coté des vis pour éviter d'avoir leur têtes incrustées dans la joue au moment d'épauler.

La plaque de couche est une grosse pièce en caoutchouc simplement emboitée dans une gorge. Bien que difficle à retirer à main nue, on la fait facilement sauter avec un tournevis plat. Aucun réglage, ici, contrairement au vrai modèle qui dispose d'éléments pouvant s'intercaller entre la plaque de couche et la crosse pour pouvoir rallonger celle-ci. Tant pis pour les grands, ils n'auront qu'a plier les bras.

Sans surprise c'est bien creux là dedans, sans aucun renfort. On s'en doutait un peu puisqu'en pressant fortement sur la crosse, on peut sentir le plastique s'enfoncer un peu. Et surtout, le moindre choc résonne pas mal.

Continuons notre état des lieux en séparant la crosse de l'ensemble culasse-canon. Attention de ne pas perdre le mag catch, composé de deux pièce en plastique et d'un peti ressort, qui peut facilement sauter quand la réplique est démontée : c'est la pièce en alu qui est vissée au bloc hopup qui maintient le mag catch dans son logement, et une fois celle-ci enlevée, le ressort sous tension à la facheuse tendance à se tordre et peut éventuellement sauter lors de manipulation de la crosse. Une fois désolidarisée, celle-ci s'avère assez souple, et on peut vriller le fut sans trop forcer. La matière me fait penser à certain plastique tendre dont sont faits certains jouets pour bébés. Ca fait l'affaire, mais ce n'est pas fantastique.


On poursuit avec les parties métalliques, à savoir, le canon externe, la culasse, et le levier d'armement. Le canon externe est un bête cylindre en alliage d'aluminium, de section régulière. L'extrémité avant dispose d'un embout dévissable, et le canon interne est en retrait d'un bon centimètre et demi par rapport à la fin du canon externe. Sur le coté gauche, on retrouve des marquages lasers que l'on appréciera ou non.

La culasse possèble elle aussi des marquages coté gauche, et surtout coté droit, un très dispensable  "licensed by FN Herstal"... Le métal présente quelques et/ou la peinture présentent quelques défauts, et on a le droit à un petit rail maintenu sur le corps par 4 vis BTR. Le verrou est tout métal, avec une trace de moulage assez visible. On voit également que le cul du verrou et la sécurité n'on rien à voir avec un FN SPR, et sont similaires à toutes les copies de m700 et dérivés.


Pas grand chose à raconter de plus sur l'externe, on va donc pouvoir se pencher sur la mécanique.

L'interne :

Les amateurs de bolts le savaient surement déjà, et si ce n'est pas le cas, auront reconnu la forme spécifique du bloc détente : cette réplique est donnée pour 100% compatible VSR10, et c'est bien ce qui en fait son principal intéret. La compatibilité étant à pondérer par  le coté copie bon marché aux côtes probablement approximatives, ce qu'on vérifiera par la suite. On notera tout de même que contrairement au VSR, le pontet n'est pas fixé au bloc détente.


On va faire simple, AUCUNE pièce interne n'est en acier. Tout est en alliage d'alu ou en plastique. Ceci étant précisé, on va commencer par regarder l'ensemble pneumatique. On tire donc le spring guide stopper vers le bas, pour libérer le cylindre que l'on peut ensuite enlever par l'arrière. Le cylindre est légèrement gras, le receiver ayant reçu une petite noisette de graisse. On notera au passage la présence de deux o-ring en plastique pour ne pas avoir un contact métal-métal, et l'absence de gros défaut de moulage de la face interne receiver. Malgré tout, si l'armement est facile, repousser le cylindre nécessite de forcer pas mal, ce qui ne devrait pas être cas... Le cylindre est un truc basique de bolt cheap en alu avec sa tête de cylindre en alu. Celle ci à le bon gout de disposer d'un pad en caoutchouc, et le rafinement s'arrête là. Une fois la tête de cylindre otée, le piston ne sort pas du cylindre et il faut forcer pour l'extraire : l'interieur du cylindre est conique : c'est fluide à l'arrière, ça coince à l'avant. Possible que ce soit la raison pour laquelle le cylindre est difficle à repousser, la tête de piston coinçant assez sévèrment dans le cylindre.  Le piston est un truc en plastique noir avec de vilaines traces de moulage, mais dispose d'une tête anti vide. Le ressort est un ... ressort. Et pour finir, le spring guide et une daube en plastique typique des bolts stock.


La triggerbox est donc aux standards VSR, avec son sear à 45° et tout en alliage d'aluminium. Ce n'est pas incohérent avec le piston plastique, mais ça risque de s'user prématurement avec un piston avec un endcap inox... Pas grand chose de plus à détailler sur ce bloc, qui réserve tout de même une bonne surprise : la course et la duretée de la détente sont être réglables via deux petites BTR situées devant et derrière la détente.


On va maintenant s'attaquer à la partie canon-hopup, et pour cela, on devisse la cruciforme située en avant du bloc détente et la petite BTR tout l'avant du rail, sur le receiver. On peut ensuite dévisser l'outer, pour le séparer du receiver. Pour libérer l'ensemble hopup-canon, il faut encore dévisser les deux BTR qui retiennent le bloc hopup, et on peut ensuite faire glisser le tout vers l'arrière.

Sans surprise, il n'y a aucun barrel spacer autour du canon, qui est en aluminium, donc léger et propice aux vibrations. Sa longeure est de 403mm, au standard VSR. Le bloc hopup semble lui aussi aux standards VSR. Défaisons donc toutes ces vis pour voir ce qui se cache dedans.


Ces vis parlons-en. L'une d'elle a fait éclater la pièce en plastique qui permet de régler le hopup, et une autre à sa tête complètement foirée. Et pour cause : la forme du bloc ne laisse pas la place pour y caser la vis. Donc les petits chinois ont serré comme des cons pour la forcer, et on détruit l'empreinte cruciforme...


Après avoir réussi à l'enlever (Pensez au passage à modifier le bloc hopup pour permettre à la vis de passer), on peut séparer les deux moitiés du bloc hopup. On y retrouve  un joint VSR, qui n'est pas plein de gras, et un canon ouvert.


Sur le papier tout ça semble prometteur grace à apparente compatibilité VSR10 et à une crosse bien plus sympa visuellement que celle des VSR10, mais qui aurait mérité d'être légèrement plus rigide. L'ensemble donne une réplique assez longue de ~106cm, mais qui restera assez mobile grace à sont poids réduit. Un petit mot sur la puissance d'origine : elle est donnée pour 1,7j, ou 130m/s à la 0,2g. Vu comment le piston coince dans le cylindre, j'ai un doute que ces performances soient bien présentes.

L'upgrade :

J'ai acheté cette réplique non pas pour suivre une quelconque inspiration, contrairement aux m24, mais pour avoir un bolt sympa facilement upgradable pour pouvoir varier mon style de jeu à l'envie.  Certe, je n'ai pas joué pas depuis un demi lustre, mais sur le papier, c'est l'idée. Le but n'est donc pas de monter un bolt à 600€ avec des pièces top-notch-state-ov-zi-art, mais d'avoir une config' robuste et jouable pour s'amuser raisonnablement : ~430fps, précision décente, et éventuellement un bruit réduit.

La triggerbox n'étant pas si vilaine, j'ai choisi de la guarder, plûtot que d'opter pour un modèle JJ airsoft avec sear à 90°. Certes, le sear à 45° n'est pas optimal, mais comme ça sera une réplique plus  occasionnelle qu'autre chose, le 45° fera l'affaire.  Le choix a donc été d'opter pour des sears acier SHS (12€ fdpin sur aliexpress), complétés par un spring guide stopper acier, toujours SHS (3,50€ chez AE). Les pièces SHS sont généralement plutôt costaudes, mais pas particulièrement réputées pour leurs ajustements : elles sont souvent surdimensionnées, à l'image de leurs switchs pour AEG. Les sears ne semblent pas déroger à la règle, leur épaisseur étant régulièrement reportée comme excessive, et empêchant de fermer la triggerbox. Après trois mois de voyages, mes sears sont sont enfin arrivés, et s'assemblent sans soucis, ou presque : quand on referme et que l'on sert les vis, en particulier celle a l'avant de la triggerbox, le sear principal de bouge plus... Hop, pied à coulisse, verdict : la largeur de la piece est cinq dixième plus large que celle d'origine au niveau de l'axe, et presque 1mm plus épaisse partout ailleur. Un passage à la meule règle le problème assez vite. J'ai fait le choix de réduire l'epaisseur partout, mais ce n'est peut être pas nécessaire : il est possible que seul la surepaisseur au niveau de l'axe soit la cause du bloquage. A noter que le ressort sur le second sear est enroulé dans le sens inverse de celui d'origine, que j'ai préféré conserver.


Certains auront peut être remarqué que la triggerbox est noir à l'extérieure sur cette photo, alors qu'elle est couleur alu au début de la review. Effectivement elle a été repeinte en noire. Et non, pas pour la rouille (je suis sûr qu'il y en a qui y ont pensé). C'est juste pour que ça soit plus discret quand on lève le levier d'armement.

Le spring guide stopper SHS ne semble pas déroger à la règle des côtes foireures, avec une longueur abusive. Rien qu'un coup de meule ne saurait régler à première vue. Dans les faits, c'est inutile, et ça se monte sans problème.


L'un des principaux points noirs des bolts cheaps est le cylindre en tole fine, qui a tendance à se vriller à force d'armer, si ce n'est pas le cul serti qui fini par s'arracher.  Le cylindre stock n'est pas le pire que j'ai pu voir, mais je préfère le remplacer par un modèle acier. D'autant plus avec son problème de conicité. Le choix s'est portée sur un kit cylindre ATM (33€ chez AE) composé d'un cylindre inox, d'un spring guide sur roulement inox, d'un piston évidé alu/inox 45°, d'une tête cylindre alu avec un gros damper et d'un ressort. J'aurai préféré un cylindre noir, je ne comprends pas cette passion pour le métal brillant, mais pour le prix, on ne va pas s'en plaindre. Un spring guide sur roulement valant aisément autour de 20€ seul, idem pour le piston, même si seuls ces deux élements sont utilisables, le kit sera déjà rentabilisé...


Pour réduire les frais, j'ai fait le pari de conserver le bloc hopup. Par contre, j'ai prévu de remplace le canon par un 6,02 ATM, (~20€ chez AE). J'aurai préféré un 6,04 Deepfire, mais je n'en ai pas trouvé en stock à un prix interessant. Il sera couplé à un joint Mapple Leaf Decepticon 70°. Le canon ATM étant fenêtré, il faut le modifier légèrement pour l'équiper de son joint. L'avenir dira si la paire est satisfaisante. Attention, le canon ATM est plus long que celui d'origine. Pour le monter, j'ai légèrement dévissé l'embout du canon externe. C'est temporaire, car celui6ci va être amené à changer.

Le dernier upgrade conscerne l'ajout de barrel spacer JJ-Airsoft (9,20€ fdpin sur aliexpress).

La suite avec les modifs externes quand le canon externe, la lunette et le cache flamme seront montés.

Conclusion

C'est pas cher, et c'est compatible Marui sans efforts. La crosse n'est pas la meilleure que l'on trouve sur le marché, mais pour 60€, on ne va pas être trop regardant. On pourra regretter que ça ne soit ni un m700 ni un vrai SPR A5, ou A3, mais un mix de plein de trucs. Mais pour mon projet, c'est un carton plein. On verra ce que donnera la réplique en jeu, mais ce bolt devrait me revenir aux environs de 300€, en incluant la lunette, les chargeurs sup (4 chargeurs deepfire, qui ont l'air de fonctionner), ainsi que les modifs internes et externes.

Je tiens à remercier mon partenaire d'atelier pour son aide précieuse au cours du premier démontage de la réplique.

« Modifié: jeudi 09 juillet 2020, 16:25:44 par Hecate »
"Dum spiro spero."

En ligne Cidoss

  • Bureau
  • Super Posteur
  • *
  • Messages: 1 686
  • Le goût de l'humour finaud
    • Voir le profil
Re : FN SPR A5M Cybergun
« Réponse #1 le: jeudi 09 juillet 2020, 17:37:06 »
 :respect:

Hors ligne Art

  • Membres ASF44
  • Habitué
  • *
  • Messages: 342
  • Comme-même operator
    • Voir le profil
Re : FN SPR A5M Cybergun
« Réponse #2 le: jeudi 09 juillet 2020, 17:53:22 »
4ème ligne et ça part déjà en titre putaclic, ça faisait longtemps que j'en avais pas vu

Comme dirait Cidoss : améno  :respect:
Citation de: Scrounz
Mainstream mais jouli comme m'aime